Rajeunissement utérin

Thérapie régénératrice endométriale avec PRP

La thérapie régénérative endométriale, ou rajeunissement de l’endomètre, consiste à reprogrammer les tissus sous-endométriaux dysfonctionnels ou l’endomètre endommagé.

Après avoir obtenu le PRP, extrait d’un échantillon de sang de la patiente elle-même, et appliqué ce que l’on appelle l’automédication directement sur l’utérus, on obtient une régénération des tissus, nécessaire à la bonne implantation de l’embryon.

Qu'est-ce que le PRP?

L’application de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) est une pratique thérapeutique régénératrice qui permet de réparer, reprogrammer et rajeunir les tissus. Appliqué à la médecine reproductive, le PRP offre des avantages importants sans effets secondaires, car il est obtenu sous forme d’automédication par centrifugation du propre sang du patient.

Après un processus minutieux, le plasma à forte concentration de plaquettes et d’autres agents plasmatiques riches en Facteurs de Croissance (FC) sont séparés du sang. Une fois que ces FC ont été libérés et activés, ils sont appliqués à l’utérus au moyen de différentes techniques d’instillation.

Ainsi, grâce à des effets endocriniens et paracriniens, une régénération et une réparation efficaces du tissu sous-endométrial sont obtenues, sans provoquer de réponse inflammatoire. Par conséquent, un endomètre plus sain et reconstitué est maintenu pendant plusieurs mois.

Le rajeunissement utérin étape par étape

1ère étape: Prélèvement de sang du patient

2ère étape: Séparation des plaquettes et concentration par centrifugation.

3ère étape: Libération de Facteurs de Croissance (FC).

4ère étape: Deux applications selon indication.

  1. Instillation intra-utérine de PRP
  2. Application sous-endométriale de PRP
Rajeunissement-utérin

Indications pour une thérapie régénératrice endométriale .

Adénomyose / Endométriose interne.

Endométrite chronique / Microbiome pathologique.

Endomètre hypotrophique ou réfractaire.

Le syndrome d'Asherman.

Altération de la vascularisation sous-endométriale (VSE).

Incompatibilité KIR-HLAC.

Fausses couches récurrentes (immunologiques/rhéologiques ou idiopathiques).

Échec de l'implantation (immunologique/rhéologique ou idiopathique).

Risques obstétricaux dus à une placentation pathologique (accreta, increta, pré-éclampsie et autres).

*La viabilité de ce traitement dépend du diagnostic médical de chaque patient.

Merci de remplir le formulaire suivant et vous serez contacté
dès que possible.






Oui, j’ai lu et j’accepte les Mentions légales*