Blog
deporte y fertilidad

Le sport améliore-t-il la fertilité ?

En tant que spécialistes de la santé et engagés pour un mode de vie sain et le sport en général, nous avons parlé avec la Dr Alejandra García-Villalba, gynécologue spécialiste en fertilité d’IVF-Life Alicante, à propos de l’impact du sport sur la fertilité.

La sensibilisation à la santé reproductive est un objectif que nous devons nous fixer en tant que professionnels de la santé. De nombreuses femmes méconnaissent le fonctionnement de leur cycle menstruel, et surtout l’importance de leur réserve ovarienne.

Bienfaits du sport sur la fertilité

De nos jours, de nombreuses femmes en âge de procréer font de l’exercice.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’un exercice très bénéfique, car l’exercice génère les ingrédients indispensables pour contribuer au bon fonctionnement de l’organisme et augmenter le bien-être, ce qui, indirectement, favorise l’activité reproductive.

La pratique de l’exercice aide-t-elle à la fertilité ?

« Les habitudes de vie saines ont une grande influence sur la fertilité. Le sport a de nombreux effets bénéfiques sur la santé. Une alimentation saine et une activité physique modérée ont une influence positive sur la fertilité du couple, tant directement qu’indirectement », explique la Dr Alejandra García-Villalba

  • Il améliore la circulation sanguine : l’exercice physique améliore la circulation et l’oxygénation des systèmes de l’organisme jusqu’à un niveau cellulaire. Il augmente également la formation de complexes récepteurs cellulaires hormonaux.
  • Il réduit le stress : pratiqué modérément, c’est un excellent réducteur de stress. Il a été démontré que le stress a des répercussions très négatives sur la fertilité. Il peut déclencher des réactions hormonales qui la bloquent.
  • Il améliore l’équilibre hormonal : l’exercice régulier tonifie les muscles, aide à réguler la menstruation, et réduit les symptômes prémenstruels.
  • Il augmente les endorphines : de récentes études ont montré qu’immédiatement après la réalisation d’activité physique, le niveau d’endocrines dans le sang augmente considérablement, les endorphines sont connues sous le nom d’hormones du bonheur, ce sont des analgésiques naturels qui combattent la dépression et l’anxiété.

les bienfaits du sport

 

 « Cela ne veut pas dire qu’une personne qui fait de l’exercice est plus fertile qu’une personne qui n’en fait pas. Mais la pratique quotidienne de sport modéré entraîne une amélioration des paramètres de notre organisme qui favorise les conditions pour une meilleure fertilité. »

Il ne faut pas oublier que le facteur qui agit le plus sur notre fertilité est l’âge ou l’affectation du système reproducteur féminin ou masculin.

« Par exemple, une jeune fille de 18 ans qui ne fait du sport qu’une fois toutes les deux semaines est certainement plus fertile qu’une femme de 40 ans qui fait du sport trois fois par semaine. Cela est principalement dû à l’âge, qui conditionne notre réserve ovarienne et notre qualité ovocytaire. »

Les habitudes saines peuvent-elles améliorer ma fertilité ?   

Pour tomber enceinte, le style de vie est important. Il n’est pas surprenant que de nombreuses habitudes nocives rendent la conception difficile. Le stress, le tabagisme, le mode de vie sédentaire ou la mauvaise alimentation sont des ennemis de la fertilité et, de fait, leur présence peut avoir un impact négatif sur la santé reproductive.

Manger sain et équilibré peut vous aider à tomber enceinte, mais c’est également bon pour votre état de santé général.

Nous faisons référence à la consommation d’aliments riches en antioxydants et en vitamines, ainsi que d’aliments contenant de l’acide folique. Il faut inclure fruits et légumes, ainsi que d’autres aliments plus spécifiques tels que les épinards. Le poisson gras doit également faire partie de notre alimentation. D’autre part, il faut se débarrasser des boissons caféinées telles que le café, et des boissons gazeuses.

La fertilité et le sport d’élite 

Plusieurs études sur le sport et la fertilité mettent en lien le sport intense à une diminution de la fertilité, tant chez les hommes que chez les femmes.

Le sport en soi n’améliore pas la fertilité, et le pratiquer intensivement peut même être contre-productif.

« Lorsque l’on parle de sportifs d’élite, il faut savoir qu’il s’agit de personnes qui font de l’exercice de manière intensive, avec des périodes de stress, en raison des exigences physiques et mentales que cela implique. Tout cela peut les amener à développer des troubles du cycle menstruel. »

Femmes et sport 

Dans le cas des athlètes féminines de haut niveau, il peut se produire :

  • Insuffisance lutéale. Beaucoup d’athlètes conservent leur cycle menstruel et leur capacité à ovuler, mais pendant la deuxième phase du cycle menstruel, la production de progestérone diminue.

Le problème est que le manque de progestérone, hormone responsable de la bonne implantation de l’embryon, peut altérer la fertilité. Ainsi, certaines athlètes peuvent connaître avec des échecs d’implantation ou des avortements précoces.

  • Absence d’ovulation (Aménorrhée). Dans les cas les plus graves, les athlètes peuvent perdre leurs cycles menstruels et ne pas être en mesure de tomber enceinte.

sport et fertilité

Hommes et sport 

Chez les hommes, l’exercice excessif peut affecter la qualité et la quantité du sperme, ce qui rend la fertilité difficile.

La détérioration de la qualité du sperme est significative. Selon les recherches de l’Université de Cordoue, il existe une corrélation négative entre l’excès d’exercice physique et la santé reproductive des hommes.

Cette diminution de la qualité se traduit par une vitesse et une morphologie plus faibles et des défauts d’ADN dans les spermatozoïdes. La fragmentation de l’ADN est plus marquée chez les athlètes d’élite dont les rythmes d’entraînement sont plus constants et intenses.

Si c’est le cas, avec des techniques telles que le spermogramme avancé, un test de fragmentation de l’ADN spermatique peut être effectué pour détecter ces anomalies.

Reporter la maternité 

Nous connaissons les conséquences du retard de la maternité à laquelle notre pays est soumis.

« Ce sont les facteurs sociaux et économiques qui mènent une femme en âge de procréer à retarder sa maternité, et c’est le cas aussi pour les athlètes d’élite, qui, si elles décident d’être mères, doivent interrompre leur carrière pendant un certain temps, puis recommencer. Et cela demande plus d’efforts et de sacrifices. »

Plus le niveau de compétition est exigeant, plus ces facteurs décisifs conduisent de nombreuses femmes à choisir de poursuivre leur carrière sportive ou d’être mères.

Aujourd’hui, des traitements tels que la préservation de la fertilité aident ces femmes à être en mesure de congeler leurs ovules à leur meilleur moment professionnel, pour être mères plus tard.

Une fois commencé mon traitement de fertilité, puis-je faire du sport ? 

Plusieurs questions surgissent toujours pendant un traitement de fertilité. L’une d’elles concerne la pertinence de l’exercice et s’il est recommandé de le pratiquer.

En général, l’exercice léger, comme la marche, le yoga ou la natation, est recommandé. Ce type d’exercice peut être effectué pendant toute la durée de la stimulation ovarienne.

D’autre part, il est logique d’éviter l’exercice de haute intensité et l’activité physique vigoureuse, car il peut y avoir un risque de rupture folliculaire, de torsion ovarienne et/ou de douleur abdominale.

C’est pourquoi les sports d’impact tels que l’aérobic, le cricket, le spinning, l’équitation, le trampoline et les sports de compétition et de contact ne sont pas recommandés pendant la phase finale de stimulation, avant la ponction ovarienne.

Savoir, c’est pouvoir

« Visibiliser l’infertilité, démentir les tabous et informer sur des concepts tels que la réserve ovarienne et la santé reproductive font partie de nos devoirs de professionnels de la santé. »

conclut la Dr Alejandra García-Villalba.

Chez IVF-Life Alicante, nous sommes conscients de la quantité d’informations auxquelles nous sommes exposés sur Internet. Pour cette raison, il est important de préciser qu’avant de prendre une décision, vous devez vous adresser à un professionnel du secteur pour résoudre tous vos doutes. Nous défendons la personnalisation et l’adaptabilité à chaque cas et circonstances personnelles.

Et si vous êtes un sportif d’élite, n’hésitez pas à contacter nos spécialistes pour effectuer une étude médicale détaillée de votre santé reproductive et évaluer quel traitement est le plus approprié pour votre cas particulier.

Dr. Elisa Pérez Larrea

Dr. Elisa Pérez Larrea, diplômée en médecine et chirurgie de l’Université de Saragosse en 2009, est experte en obstétrique et gynécologie. Après s’être spécialisé à l’Université d’Oviedo en 2014, le Dr. Pérez Larrea est une experte en reproduction humaine grâce à son master obtenu à l’Université Complutense de Madrid en 2012.