Voici comment nous créons la vie dans un laboratoire de clinique de fertilité

Tubes stérilisés, pipettes en verre ou plaques de Petri sont autant d’instruments de travail dont dispose un embryologue au sein d’un laboratoire de clinique de fertilité. Ce lieu où se crée la vie, est le seul endroit interdit d’accès aux patients ce qui est normal, au vu des conditions environnementales nécessaires pour y parvenir. C’est très probablement pour cette raison que cette partie de la clinique suscite le plus d’intérêt auprès des patients d’IVF Spain.

Nous avons voulu ouvrir les portes de notre laboratoire, au sens figuré bien sûr, et sans mettre en danger le processus de travail, en interviewant Leonor Ortega, la directrice du laboratoire d’IVF-Life qui va nous expliquer réellement ce qui se passe dans un laboratoire de clinique de fertilité.

La patiente a suivi un protocole de stimulation ovarienne et arrive le jour tant attendu de la ponction et d’extraction d’ovules.  Sans aucun doute, l’étape la plus délicate d’un traitement de fertilité.

Comment se déroule le processus pour récupérer les ovocytes ?

Il est possible de récupérer des ovocytes par le biais de ce qu’on appelle une ponction folliculaire. Le gynécologue aidé d’un(e) infirmièr(e) procède à la ponction dans un bloc opératoire.  Guidé d’un échographe, le médecin ponctionne le liquide présent dans chaque follicule de taille supérieure à 16 mm.

Le liquide obtenu est déposé dans un tube stérilisé et transmis au laboratoire de Fécondation In Vitro à température constante de 37ºC.

Dans le laboratoire de notre clinique de fertilité, nous versons dans un premier temps le contenu de ces tubes sur une plaque de 90mm. À l’aide d’un microscope, les biologistes récupèrent les complexes cumule-ovocytes en utilisant une pipette en verre stérilisé pour les passer sur une autre plaque. Puis, ils nettoient les restes de cellules et de sang de manière à les laisser les plus propres possibles. Les ovocytes sont ensuite laissés au repos pendant une heure, le temps de de se stabiliser et de s’habituer à leur nouveau milieu.

Non seulement les ovocytes sont importants pour produire la fécondation mais les spermatozoïdes aussi puisque 40% des cas d’infertilité sont dus au facteur masculin.

Comment est-il possible daméliorer l’échantillon de sperme et effectuer la capacitation ?

La capacitation spermatique est un processus basique du traitement de reproduction assistée.

C’est grâce à la capacitation que nous arrivons à obtenir les meilleurs spermatozoïdes pour féconder les ovocytes.

Pour réaliser ce processus, les biologistes utilisent une centrifugeuse et des milieux de cultures adéquats pour effectuer ce lavement.

Il existe deux techniques de capacitation : Gradient de densité et Swim up. En fonction du résultat de l’échantillon, les biologistes utilisent l’une ou l’autre technique.

Laboratoire de clinique de fertilité

Quel environnement doit-il y avoir au sein dun laboratoire de clinique de fertilité pour que cela nait pas dinfluence sur le développement embryonnaire ?

Dans un laboratoire de fécondation in Vitro, il est indispensable de réunir des conditions très stables de températures et d’humidité.

En ce qui concerne la ventilation, il est important de maintenir une pression positive pour éviter que des agents contaminants s’introduisent dans le laboratoire. Par ailleurs, l’air est purifié à l’aide de plusieurs filtres. Il n’y a pas d’air direct qui rentre depuis l’extérieur de la clinique et le laboratoire dispose d’une tour de purification d’air qui fonctionne 24 heures sur 24.

En plus de ces mesures de sécurité, l’équipe de biologistes ne met pas de parfum, de déodorant ni de crèmes corporelles à forte odeur pour qu’aucun composants volatiles puissent intervenir dans le développement embryonnaire. De même pour le maquillage comme le blush ou rimmel pour éviter toutes introductions de particules dans l’air.

À quoi correspond une station de travail et de quoi est-elle composée ?

La station de travail est toujours intégrée dans une cabine de flux laminaire possédant une superficie chauffée de sorte que les gamètes et les embryons se trouvent toujours à une température égale ou proche de 37ºC .

Sur cette station de travail, il y a tout le matériel nécessaire pour chaque processus en fonction de l’activité des biologistes : les plaques à utiliser, les tubes , les pipettes pour récupérer les ovocytes ou les embryons.

Une autre étape importante a lieu dans le laboratoire de fécondation in vitro. Il s’agit de l’étape de fécondation entre l’ovocyte et le spermatozoïde.

Quelle différence existe-t-il entre une FIV classique et une FIV ICSI ?

Dans le laboratoire de Fecondation In Vitro  il existe deux techniques de reproduction assistée pour procéder à l’union entre l’ovocyte et le spermatozoïdes.

La FIV : fécondation in Vitro est une technique de reproduction assistée qui consiste à déposer sur une plaque de laboratoire les gamètes féminins et masculin dans le but que cette union se fasse de manière la plus « naturelle » possible.

Après la ponction ovocytaire, les ovocytes sont placés sur la plaque dans leur milieu de culture. Les biologistes y injectent alors une quantité d’environ 150.000 spermatozoïdes/ml.

Cette plaque est conservée dans un incubateur avec une concentration de gaz et de températures spécifiques et constantes. Le lendemain, les embryologues « dénudent » et nettoient ces ovocytes et sélectionnent ceux qui possèdent une fécondation correcte avec l’apparition de pronucléus. Ils sont laissés en culture pour suivre leur développement de manière individuelle.

Cette technique apparaît au début des années 80 au commencement des ponctions ovariennes qui pour aider les couples pour qui l’insémination artificielle, de par ses limites techniques comme pour une obstruction ovarienne n’a pas donné lieu à une grossesse.

Cependant, cette technique a également ses limites et ne résout pas tous les problèmes comme par exemple les échecs de fécondation ou les cas de facteurs masculins sévères.

ICSI : Micro-injection cytoplasmique est une technique grâce à laquelle le biologiste introduit un spermatozoïde directement dans l’ovule de manière artificielle afin de faciliter la fécondation. En 1992 Palermo décrit le premier cas de micro-injection cytoplasmique par une naissance gémellaire.

Quand faut-il utiliser la technique ICSI ?

  • Causes d’infertilité du gamète masculin:  faible mobilité et concentration du sperme et cas de biopsie testiculaire.
  • Cause d’infertilité du gamète féminin: Peu d’ovocytes obtenus lors de la ponction, mauvaise qualité ovocytaire, échecs d’implantation antérieures avec FIV, âge avancé
  • Causes mixtes: lorsqu’il y a une combinaison de plusieurs facteurs cités précédemment

En ce qui concerne l’efficacité des techniques, les deux sont efficaces et présentent des taux de gestation similaire. La probabilité de tomber enceinte dépend plus de l’âge et de la qualité même des ovules que de la technique de fécondation.

Une fois la fécondation enclenchée, c’est la phase de développement embryonnaire qui débute.  Il est possible de suivre ce développement depuis l’incubateur.

Quel rôle joue lincubateur dans le développement embryonnaire

L’incubateur joue un rôle primordial pour le développement embryonnaire. C’est dans cette machine que les ovocytes, après avoir été micros injectés sont placés et y vivent les six premiers jours de leur vie.

À l’intérieur de l’incubateur, la température est constamment contrôlée et les niveaux de CO2 et O2 sont déterminés par le développement correct de l’embryon.

Notre incubateur est doté d’un système time-lapse qui donne la possibilité d’observer les embryons sans avoir à les sortir de l’incubateur et par conséquent sans interrompre les conditions du développement embryonnaire.

Quelles caractéristiques doit avoir un milieu de culture ?

Un milieu de culture est un mélange composé d’éléments organiques et non organiques tentant d’imiter le fluide oviductal dans lequel sont placés les embryons pendant le développement embryonnaire.

Ces milieux de culture apportent aux embryons les nutriments nécessaires pour s’organiser et se développer correctement.

Sur quel critère se base lembryologue au moment de sélectionner le meilleur embryon à transférer ?

Le critère de l’embryologue est fondamental. Il doit prendre en compte tous les aspects tant morphologiques, cinétiques que génétiques pour pouvoir effectuer la sélection la plus complète possible.

Dans un premier temps, l’embryologue se base sur une classification morphologique grâce à l’évaluation réalisée chaque jour du développement embryonnaire. Cela permet de recatégoriser les embryons à l’aide de facteurs tels que le temps de division, la division inversée, la division directe ou l’application d’algorithme …

Lorsqu’il est possible d’obtenir des informations génétiques sur l’embryon, la sélection est beaucoup plus exhaustive puisque les biologistes se baseront uniquement sur les embryons génétiquement aptes afin de sélectionner le meilleur à transférer.

L’un des aspects les plus préoccupant pour les patients est de ne pas savoir ce qui se passe avec leurs échantillons au sein du laboratoire de FIV.

Comment nous organisons pour ne perdre aucun échantillon au sein du laboratoire ?

Dans les laboratoires de fécondation in vitro, la traçabilité des échantillons est extrêmement importante.

Le laboratoire de notre clinique d’Alicante possède un système de traçabilité intégré grâce auquel tous les process «  d’origine et d’arrivée » sont tracés.

Il n’est pas possible de passer à l’étape suivante sans avoir vérifié préalablement l’étape antérieure. Toutes les plaques, les tubes, les supports de congélations sont étiquetés doublement de façon manuelle et à l’aide de notre système informatique de sorte qu’il est impossible de perdre ou confondre un échantillon.

En plus de ce système, nous mettons en place une double vérification pour certains processus plus délicats comme peuvent l’être le transfert ou la biopsie embryonnaire

Pour stocker les embryons, les ovocytes ou encore le sperme, nous possédons un système informatique permettant d’enregistrer la localisation des échantillons dans nos banques afin de les localiser plus rapidement. Cette localisation est aussi consignée sur papier dans le protocole du laboratoire pour maintenir ce double contrôle.

Dans notre centre de reproduction assistée, nous savons à quel point le stress et l’anxiété sont présents dans l’esprit des patients. Pour cette raison, notre communication se doit d’être constante, fluide et faite de manière empathique.

Le laboratoire est probablement le département qui nécessite le plus de communication avec le patient étant donné que leurs embryons se trouvent sous la responsabilité et le professionnalisme de nos biologistes.

Comment communiquez-vous avec les patients ?

La communication avec les patients est importante à n’importe quel stade du traitement. Mais cela l’est encore plus, lorsque l’étape du cycle en laboratoire, après la ponction ovarienne ou le don de gamètes, débute.

Dans notre clinique, les patients ont d’abord un premier contact lors de la première visite pour qu’ils puissent nous connaître leur expliquer comment nous travaillons.

L’équipe est disponible pour répondre aux patientes tout au long du traitement.

Après la micro-injection, étape clé de tout le processus qui a démarré quelques mois plus tôt, il est très important pour nous de donner aux patients des informations claires pour que les patients comprennent ce qui se passe à tout moment.

La communication est quotidienne avec les patients, par mail ou par téléphone en fonction de leur préférence pour recevoir les informations.

Jour après jour, les biologistes explique comment se déroule l’évolution embryonnaire jusqu’au 6ème jour de développement.

  • Combien d’embryons ont été fécondés normalement
  • Comment se développent les embryons
  • Combien d’embryons sont encore évolutifs
  • Combien d’embryons sont de bonne qualité

À jour 5 ou 6, nous informons les patients du nombre d’embryons que nous avons pu vitrifier Dans le cas où un transfert est programmé, nous transmettons le résultat de la fécondation peu de temps avant l’intervention.

Nous estimons que ce type de communication avec les patients nous permet d’établir une meilleure relation de confiance et les aide à mieux comprendre le processus pour savoir comment se déroule les événements.

Parfois, les patients préfèrent ne pas avoir trop d’information.

Le quotidien dans un laboratoire de notre clinique de fertilité est complexe, minutieux et passionnant.

Grâce aux techniques médicales les plus avancées et au travail presque artisanal de nos embryologues, nous pouvons aider à créer ce qui importe réellement : une nouvelle vie.