Saignement d’implantation ou règles: comment faire la différence?

Saviez-vous que près d’une femme sur trois présente ce qu’on appelle un saignement d’implantation?  Entre la première et la deuxième semaine de grossesse, cette légère perte de sang apparaît lorsque l’embryon se nidifie dans la paroi utérine. Cela peut d’ailleurs être un des premiers signes significatifs de grossesse.

Cependant, ces pertes de sang peuvent aussi facilement être confondues avec les règles et devenir une véritable angoisse pour celles et ceux qui cherchent à avoir un enfant.

Juin est le mois de la fertilité et pour l’occasion, depuis le blog d’IVF-Spain, nous avons choisi de revenir en détails sur ce sujet qui préoccupe tellement les personnes en désir d’enfant, qu’elles soient en parcours PMA ou non.

Le saignement d’implantation: qu’est-ce que c’est et quelles en sont les raisons ?

Durant les premières semaines de grossesse, l’utérus est très irrigué.  Lorsque l’embryon adhère aux tissus de l’endomètre, celui-ci s’est gonflé de petits vaisseaux sanguins afin de pouvoir l’accueillir dans de bonnes conditions et quelques uns de ses vaisseaux peuvent se rompre et causer ce saignement.

Il faut savoir que toutes les femmes n’ont pas forcément de saignement d’implantation, et si elles en ont eu lors de l’une de leurs grossesses, cela ne signifie pas qu’elles en auront obligatoirement à chaque fois.

Cependant, ces pertes sont souvent une grande source de stress pour les personnes qui ont du mal à avoir un enfant parce qu’elles se confondent avec le début d’un nouveau cycle menstruel.

Quand peut apparaître un saignement d’implantation?

La fécondation de l’ovule avec le spermatozoïde, lors d’une grossesse naturelle, se fait dans les Trompes de Fallope. Commence alors la division cellulaire et au bout du 5ème ou 6ème jour, l’embryon atteint un stade de développement que l’on appelle blastocyste. Durant ces premiers jours de développement, il voyage jusqu’à l’utérus et pour que la femme tombe enceinte, il faut qu’il arrive à s’implanter dans son endomètre (sa paroi utérine). Tout ce processus dure entre dix et quatorze jours après la fécondation et c’est pour cela que ce petit saignement peut être confondu avec un début de règles.

Comment savoir s’il s’agit d’un saignement d’implantation ou de règles?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le saignement d’implantation se produit durant les premières semaines de grossesse et peut tout naturellement être pris pour un début de règles.

S’il est compliqué de faire la différence en termes de dates, d’autres facteurs peuvent nous aider à reconnaître rapidement qu’il s’agit bien d’un saignement dû à la bonne implantation de l’embryon dans la paroi utérine.

Tout d’abord, il faut évaluer la quantité. Le saignement issu de la nidation de l’embryon est plus faible que la menstruation. Il peut aller d’une simple goutte à un léger saignement. Il est vrai que la menstruation commence également par un flux léger mais ce dernier augmente considérablement au cours des deux premiers jours.

La couleur peut aussi nous aider à faire la différence entre les deux saignements. Normalement, les pertes dues à l’implantation sont plus obscures comparées au rouge vif caractéristique des règles des premiers jours.

Contrairement à la menstruation, la durée des saignements est plus courte pouvant aller de quelques heures jusqu’à 3 jours. La texture est un autre indicateur clé et est souvent plus fluide et légère.

Cependant, il ne faut pas oublier que chaque femme est unique, tout comme le sont ses symptômes ou les caractéristiques de son flux lorsqu’elle va avoir ou a ses règles. C’est pourquoi, on peut également être attentives à d’autres types de changements pouvant indiquer le début d’une grossesse.

Parmi la liste non-exhaustive de symptômes précoces de grossesse, nous pouvons nommer la sensibilité accrue des seins, les nausées (souvent matinales), la fatigue ou l’envie constante d’aller aux toilettes.

Comment confirmer que vous êtes vraiment enceinte?

La méthode la plus facile est le test de grossesse urinaire. Néanmoins, il est peut être un peu tôt pour obtenir un résultat concluant car ce type de test met un peu plus de temps pour détecter l’hormone hCG (hormone chorionique gonadotrope). S’il n’est pas effectué au bon moment, il peut donc donner un résultat négatif même si l’embryon est correctement implanté. Pour faire ce test de grossesse urinaire, il faut normalement attendre un retard de règles de quelques jours.

L’hormone hCG, également connue comme la bêta-hCG, est sécrétée par l’embryon dans l’utérus une fois qu’il est implanté et est un indicateur fiable de grossesse. Dans les centres de Reproduction Assistée comme IVF-Spain, le niveau d’hormone hCG est évalué par prise de sang dix jours après le transfert embryonnaire. Si la grossesse se déroule correctement, ce niveau d’hormone augmentera de manière exponentielle durant le premier trimestre.

Cette période, entre le transfert embryonnaire et le résultat de la prise de sang, est communément appelée « les deux semaines d’attente » et est redoutée par tous les patients en parcours PMA. C’est souvent pour eux le moment le plus difficile de tout leur traitement de fertilité: l’attente et l’appréhension d’une prise de sang qui va leur changer la vie!

Que faire lorsqu’un saignement apparaît?

Si vous êtes en PMA, la première recommandation est de continuer à prendre votre traitement et de contacter votre coordinatrice afin que l’un de nos médecins spécialistes en fertilité puisse évaluer la situation et vous indiquer la marche à suivre.

Si vous ne suivez pas de traitement de fertilité, le mieux est de prendre contact avec votre gynécologue afin de déterminer la nature exacte de vos saignements.