Notre parcours de fertilité

fertility

Nos débuts

Mon conjoint et moi avons commencé notre parcours de fertilité, du combattant pour devenir parents en janvier 2012. Nous avons fait de nombreux examens et suivi de nombreux protocoles avant de faire notre première FIV (fécondation in vitro) en Angleterre en mai 2015.

Avant toute chose et pour que tout cela ait du sens, il est important de préciser que j’ai une faible réserve ovarienne. Nous avons donc fait deux cycles de FIV au Royaume Uni durant lesquels nous n’avons obtenu qu’un seul embryon. À ce moment-là, nous savions que ça n’allait pas marcher pour nous et que si nous souhaitions avoir un enfant, nous devions passer par une clinique privée.

Nous avions entendu beaucoup de bien des centres de PMA à l’étranger. Après quelques recherches sur Internet, nous avons décidé d’aller en Espagne. Les taux de réussite étaient convaincants et nous n’étions qu’à quelques heures d’avion de la maison. En novembre 2015, nous sommes allés à un salon pour patients en PMA à Londres, le Fertility Show, où nous avons fait la connaissance du Dr. Jon Aizpurua. Nous lui avons raconté notre histoire et, sur place, nous avons construit ensemble un plan de traitement. Sur ce même salon nous avons rencontré d’autres cliniques des quatre coins du monde, et beaucoup nous ont plu ; mais après cette consultation avec IVF-Spain, nous savions que nous avions trouvé notre clinique. Nous savions déjà que le plan qu’ils nous avaient créé en dix minutes était plus complet que ceux que nous avions eu des années durant avec l’autre clinique. Et puis ils étaient certains que j’allais tomber enceinte.

C’est le moment d’aller en Espagne

Pour nous, nous avons toujours vu le fait d’aller à l’étranger comme quelque chose de très positif et l’opportunité parfaite pour nous éloigner de la pression habituelle dont nous avions souffert pendant les traitements effectués chez nous. Durant mes cycles précédents, nous avions trouvé très dur de devoir continuer une « vie normale » tout en étant sous traitement. Des fois nous allions en Espagne pour une nuit ou deux et du coup s’en est même devenu une escapade attendue pour nous échapper de la routine du quotidien, découvrir Alicante, sa délicieuse gastronomie et profiter de son soleil et de moments ensemble. Chose dont nous avions vraiment besoin.

Nous avons trouvé un appartement bon marché dans lequel nous séjournions chaque fois que nous allions à la clinique et les vols non plus n’étaient pas chers. On essayait de faire coïncider nos jours de congés avec les dates de traitements, ce qui nous a permis de vivre ces cycles de manière beaucoup plus détendue. La dernièr fois, nous sommes restés à Alicante deux nuits seulement et après le transfert embryonnaire nous sommes allés en Asturies dans le nord de l’Espagne et nous sommes restés au milieu des montagnes et de la nature pendant deux semaines. J’étais vraiment détendue et heureuse.

Je sais que si j’étais restée chez nous je n’aurais pas ressenti la même chose. En plus, si nous étions restés au Royaume Uni, même en prenant les mêmes périodes de vacances, nous n’en aurions pas profité pour voyager. Ça a donc été la meilleure décision sous tous points de vue.

Suivre un traitement en Espagne ne nous a posé aucune complication, ni pour les échographies ou autres examens que nous devions faire au Royaume Uni. Nous avons trouvé facilement et près de chez nous plusieurs hôpitaux et laboratoires pour faire les prises de sang, les échographies, le traitement d’intralipides et même le scratching endométrial. De ce point de vue là, aucune pression ou de stress supplémentaire.

Le soutien durant le traitement

La communication avec la clinique a toujours été très fluide. Nous venions lorsque nous l’indiquait notre plan de traitement et nous prenions les médicaments ou faisions les examens lorsque nous l’indiquait notre plan de traitement. Si nous avions une question, nous la posions à notre infirmière attitrée qui nous répondait toujours.

Parfois, l’attente est stressante ou bien tu imagines que pour être dans un autre pays ça va être plus compliqué mais en fait pas du tout. En plus, quand nous étions suivis au Royaume Uni, nous devions aussi attendre la réponse du médecin. Ce n’est vraiment pas une question de distance.

Un choix qui peut faire toute la différence : la bonne clinique !

Le choix de la bonne clinique fut très très important pour nous et notre parcours de fertilité. Tu mets tous tes espoirs, tous tes rêves dans quelque chose que tu sais qui va changer ta vie à tout jamais. Nous ne voulions absolument pas nous tromper.

Nous avions recherché les résultats médicaux et les renseignements techniques mais c’est quand nous avons rencontré l’équipe que nous avons eu un coup de foudre. Nous avons tout de suite été à l’aise et savions que c’était la fin de nos recherches.

La PMA est un secteur hyper scientifique. Nous, nous ne sommes pas des experts, on voulait juste trouver un centre en lequel avoir confiance et laisser tout l’aspect scientifique aux mains de la clinique. On voulait pouvoir avoir confiance et savoir que tout était fait pour nous ayons un enfant sans avoir d’arrière pensée ou de doutes sur la question et c’est ce que nous avons trouvé chez IVF-Spain. On a pu se détendre et on s’est laissé guidé par la clinique et son équipe.

Le résultat parle de lui-même : notre fille Bo est née en 2017 ! Je crois que nous avons pris la bonne décision de venir en Espagne pour notre parcours de fertilité. Et nous avons vraiment été enchantés par ce pays et par Alicante. Nous nous y sentons vraiment comme chez nous et cela restera toujours dans nos coeurs. C’est là où nous avons conçu notre fille.

Le traitement que nous avons reçu était vraiment au top du top et un grand merci à toute l’équipe d’IVF-Spain, spécialement à notre chère Dr. Isabel Herrera, très certainement la personne la plus adorable que nous avons connu. Tous nos rêves se sont réalisés et au jour d’aujourd’hui, nous ne changerions absolument rien de notre parcours de fertilité.