Le B.A.-BA de la sélection embryonnaire

La sélection embryonnaire est une phase décisive dans un traitement de fertilité. De cette sélection dépend une grande partie de la réussite du traitement.

Durant les dix dernières années, les techniques de reproduction assistée ont connu de grandes avancées. Ainsi, toutes les étapes du processus se sont améliorées : depuis l’obtention des échantillons jusqu’au transfert de l’embryon et son implantation qui donnera ensuite lieu à la naissance d’un bébé en bonne santé.

C’est l’équipe d’embryologie qui a la responsabilité de sélectionner le meilleur embryon. Pour cela, ils contrôlent tous les jours le développement embryonnaire. Les embryons sélectionnés pour le transfert seront ceux qui présenteront de meilleures probabilités d’implantation.

Critères pour sélectionner le meilleur embryon

Pour pouvoir sélectionner le meilleur embryon, les embryologues prennent des décisions suivant une série de critères : le nombre et l’aspect des cellules qui composent l’embryon (morphologiques), leur rythme de division cellulaire (cinétiques) et leur composition chromosomique (génétiques).

Grâce à l’évolution de la technologie, les outils dont disposent les embryologues pour réaliser une bonne sélection embryonnaire se sont améliorés sensiblement, permettant une augmentation des taux d’implantation et de naissances saines.

D’autre part, la sélection selon la morphologie et la cinétique s’est simplifiée et améliorée grâce à l’apparition de la technologie Time-Lapse, présente dans le laboratoire de notre clinique.

Incubateurs avec Time-Lapse

Le contrôle par Time-Lapse du développement embryonnaire permet de visualiser l’évolution de l’embryon sans altérer les conditions d’incubation ; en comparaison avec la sélection traditionnelle qui consistait en observer les embryons au microscope régulièrement en altérant ainsi la continuité de sa culture.

Le contrôle dans les incubateurs Time-Lapse, en plus de l’évaluation de l’équipe d’embryologie, aide à déterminer quels embryons ont le plus de possibilités d’implantation et d’arriver à une grossesse.

Pouvoir sélectionner les embryons à transférer en suivant des critères objectifs a amélioré considérablement la réussite des traitements, aussi bien pour les taux d’implantation que pour la naissance de bébés en bonne santé.

La génétique dans la sélection embryonnaire

D’autre part, pour la sélection embryonnaire selon des critères génétiques, IVF-Spain utilise les techniques les plus avancées d’analyse génétique préimplantatoire, actuellement connu comme PGT-A (Preimplantation Genetic Testing for Aneuploidy).

Chez IVF-Spain, nous disposons d’un programme propre de diagnostic génétique d’embryons dont l’objectif est de détecter de manière précise les possibilités d’altérations sur les 23 pairs de chromosomes qui composent chaque cellule de l’embryon.

L’importance de ce test, qui sélectionne les embryons sans altérations chromosomiques, s’appuie sur l’augmentation considérable des taux de naissances.

Un embryon aneuploïde (avec altération chromosomique) peut arriver à s’implanter correctement, mais il résultera dans la plupart des cas en fausse-couche. Avec la réalisation de la sélection embryonnaire par PGT-A, nous arrivons à augmenter les taux d’implantation et à réduire ce taux de fausses-couches d’origines génétiques, ce qui permet d’augmenter considérablement le taux de naissance de bébés en bonne santé.

Ce test est réalisé par une biopsie embryonnaire, pendant laquelle le biologiste extrait quelques cellules de l’embryon en développement (autour du jour 5). De l’intérieur de ces cellules, nous obtiendrons le matériel génétique permettant d’analyser son statut chromosomique.

Autour du jour 5, les cellules de l’embryon se sont séparées pour former deux masses cellulaires différenciées. L’une d’elle est l’embryoblaste (la masse cellulaire interne) qui donnera lieu au futur bébé, et l’autre est le trophoectoderme qui deviendra le placenta. Dans notre clinique, nous réalisons la biopsie sur le trophoectoderme, et nous minimisons ainsi au maximum le risque pour l’embryon, puisqu’il s’agit de cellules qui sont remplacées rapidement.

Dans la plupart des cliniques européennes, l’extraction des cellules pour leur future analyse est réalisée au jour 3 du développement embryonnaire, ce qui peut affecter négativement la viabilité de l’embryon, puisque le nombre de cellules est faible, et surtout, elles ne sont pas différenciées et le diagnostic est donc moins fiable.

L’importance de transférer le meilleur embryon

Chez IVF-Spain, nous disposons d’une technologie avancée qui permet de maintenir des taux de grossesse élevés avec le transfert d’un seul embryon : le meilleur.

Aussi bien l’équipe médicale que d’embryologie conseille d’éviter les transferts multiples, puisqu’une grossesse gémellaire peut entrainer des complications, pour la mère comme pour les bébés : naissance prématurée, retard de croissant utérin…

Grâce à l’élaboration de stratégies soigneusement adaptées au patient, et l’utilisation de techniques de dernière génération comme notre processus avancé de sélection embryonnaire, nous avons réussi à nous différencier et nous spécialiser en cas les plus complexes.

Nous poursuivons toujours un seul objectif : obtenir une grossesse en réduisant le nombre d’essais et en évitant la fatigue émotionnelle des futurs parents.